Les alentours

Tout près de BREST, sa rade ouvrant sur la découverte du ponant et ses îles : Molène et Ouessant.

Le deuxième port en eau profonde du Finistère fait naître des navigateurs, grâce à son école de voile, des planchistes, kite-surfistes, des plongeurs, des kakakistes!

Les randonneurs à pied et les pêcheurs à pied y trouvent leur plaisir : le GR 34 longe le port.

‘La Baie des Anges’, sa thalasso, sa plage à deux pas.

Restaurants de fruits de mer réputés, crêperies-moules-frites, artisanat, bars, superette sont à pied.

A 2 kms Ste Marguerite, ses dunes et ses plages.

A 10 kms St Pabu, capitale de l’Aber Benoît, ses jolies plages, son centre équestre.

Un détour : PLOUDALMEZEAU et son parc animalier.

Puis à 15 kms ‘Lanildut’ capitale de l’Aber Ildut,1er port goémonnier de France et son musée.

Vous êtes prêt à aller jusqu’au bout du bout ? Alors, cap sur l’île d’Ouessant et l’archipel de Molène, ces joyaux du Parc naturel marin d’Iroise ! Ce collier insulaire semble irréel, suspendu entre ciel et mer, enveloppé d’embruns. Une vraie immersion initiatique !

A 30 km de la pointe Saint-Mathieu, à l’avant-garde du continent, de la presque vingtaine d’îles et d’îlots qui constituent l’archipel, seules Quéménès et Molène sont habitées. En faisant le tour de cette dernière, arrêtez-vous sur le site de Beg ar Loued. Il témoigne de l’occupation ancienne, depuis l’âge du Bronze, de ce petit confetti de terre. Envie de comprendre la vie sur l’île, sa biodiversité, son histoire et le quotidien de ses habitants ? Une visite à la maison de l’environnement insulaire, très récemment rénovée, s’impose. Côté faune marine, grand dauphin et phoque gris sont des habitués de ses eaux claires. Et parmi les nombreux oiseaux qui fréquentent ces rivages, la sterne reconnaissable entre tous avec sa tête recouverte d’une calotte noire, en est la plus emblématique.

Les dunes Sainte-Marguerite vous offre un paysage exceptionnel ; des kilomètres de sable blanc vous attendent : vous pourrez y pratiquer vos loisirs préférés : sports nautiques, baignade, marche, farniente, pêche à pied….

Le jardin public est situé à la sortie du bourg, direction Lannilis.
Surface : 4 hectares Ouvert toute la journée sans interruption.

Propriété de la commune, il est géré par l’association des amis du moulin neuf avec le concours matériel et financier de la collectivité.

L’association comprend une vingtaine de retraités bénévoles, représentant une dizaine de métiers manuels, qui y travaillent toute l’année (au minimum 1 jour par semaine) ainsi que des adhérents et des bienfaiteurs.

Il n’y aurait rien de particulier à signaler sur cette plage des Anges de Landéda sinon que c’est la plus proche d’un des plus grands centres nautiques de la côte nord, celui de l’Aber Wrac’h : voile, paddle, kite, windsurf, croisière, plongée etc. qui profitent du large comme du calme relatif de ce vaste estuaire dont le Père Jaouen a fait le port d’attache de son Bel Espoir. Un vieux gréement qui a sauvé un grand nombre de jeunes de la toxicomanie en les emmenant faire le tour du monde à son bord. La plage en elle-même n’est extraordinaire que par ses activités et abords : l’aber Wrac’h et l’ostréiculture en font un lieu délicieux à plusieurs titres.

Saint-Pabu est une belle commune côtière, labellisée « Station Verte » en 2012. Cette commune d’environ 2000 habitants se situe à l’extrême nord-ouest du Finistère, à 25 km au nord de Brest.

Elle est bordée par deux limites naturelles : la Manche et l’Aber-Benoît (en breton Aber-Beniguet = aber bénit). Cet aber est très naturel et très sinueux sur plus de 8 km dans les terres.

Dans cette commune, autrefois les gens vivaient pauvrement de la pêche et de la terre : il y avait de nombreux bateaux de goémoniers dans chaque crique de l’Aber-Benoît comme dans toutes les communes côtières du Nord-Finistère. Ces images ont complètement changé : les bateaux de plaisance ont remplacé les bateaux de professionnels, devenus plus rares. Il reste toutefois encore un atelier de fabrication de bateaux en bois, en plus de la réparation des bateaux en plastique…

Premier port goémonier d’Europe, Lanildut prend place dans le Finistère, face à l’île d’Ouessant. Ce petit village breton se situe à quelques kilomètres seulement de Landunvez et de Saint-Renan.

Lanildut tient son nom de lann, ermitage en breton, et de Ildut, saint gallois du Ve siècle. La paroisse apparaît dans les registres à partir du XVe siècle, et dépendait alors de l’évêché de Léon. Il faut cependant attendre le XIXe siècle pour que le village connaisse une expansion démographique au détriment de son voisin, Porspoder. Il reste connu aujourd’hui pour sa grande variété d’algues, ainsi que pour la récolte du goémon.

Pleine de charme, la commune dévoile encore un patrimoine architectural et historique de grand intérêt, le tout dans un style typiquement breton.

Translate »